André
LHOTE

(1878 - 1962)

André Lhote naît à Bordeaux en 1885 dans une famille modeste. Tout jeune homme, il intègre un atelier d’ébénisterie où il apprend la sculpture ornementale sur bois puis commence à suivre des cours à l’Ecole des beaux-arts de sa ville natale. En 1905, il décide de se consacrer à la peinture et quitte l’atelier de sculpture,  malgré l’avis contraire de ses parents. Il est introduit à la peinture de Gauguin et à celle de Cézanne qui lui semblent être une révélation de la modernité en peinture. Il fait la connaissance de Jacques Rivière (1886-1925), futur directeur de La Nouvelle Revue Française, qui devient l’un de ses proches amis. 
A partir de 1907, Lhote est admis au Salon d’Automne, auquel il participera chaque année. Il expose aussi au Cercle de l’art moderne du Havre à partir de 1909 et l’année suivante, la galerie Druet lui consacre sa première exposition particulière. 

Autour de 1912, les recherches qu’il mène, notamment inspirées par l’art primitif et les fresques romanes, le conduisent au développement d’une nouvelle approche formelle : le cubisme, qu’il s’approprie dans une conception assez personnelle. 
Il expose à Stockholm en 1913 puis à la Galerie Vildrac au printemps de l’année suivante. 

Dès 1917, Lhote enseigne la peinture à l’Atelier libre, boulevard du Montparnasse et intègre le groupe du cubisme synthétique. Entre 1918 et 1921, il enseigne aussi à l'Atelier d'Études, boulevard Raspail, à l'Académie moderne, rue Notre-Dame des champs et à l'Académie Montparnasse. 

A la fin de la Première Guerre, il commence ses activités de critique d’art, notamment auprès de la Nouvelle Revue Française (le peintre est intégré au groupe de la « Jeune peinture française ») et prend position, dans ses écrits et conférences, sur les questions polémiques qui concernent la peinture moderne. 
En 1921, Lhote expose à la galerie Rosenberg. 

En 1925 ouvre l’académie André Lhote, rue d’Odessa, dans le quartier Montparnasse, qui reçoit des élèves du monde entier, parmi lesquels Tamara de Lempicka, Hans Hartung… Il y enseignera jusqu’à la fin de sa vie.
Lhote découvre le village de Mirmande dans la Drôme qu'il entreprend de faire revivre. Il y installe son académie d'été, attirant là des peintres et des amoureux de vieilles pierres.

A l’occasion de l’Exposition Internationale des Arts et Techniques de 1937, Lhote compose deux grands panneaux pour le Palais de la Découverte : Le Gaz et Les Dérivés de la houille.
L’année suivante, il découvre le village de Gordes où il achète une maison. Il y accueillera notamment Chagall pendant la guerre. 

Après la Seconde Guerre mondiale, c’est à La Cadière d’Azur qu’il s’établit en partie. Il voyage en Egypte, au Brésil… 

Dans les années 1950, il exécute une grande décoration pour la faculté de médecine de Bordeaux, publie plusieurs essais et reçoit le Grand Prix National des Arts. De nombreuses rétrospectives lui sont consacrées, y compris par le Musée National d’art moderne.

L’artiste décède en janvier 1962. 

Brafa in the galleries
Brafa in the galleries

27 janvier 2021 - 31 janvier 2021