Maurice UTRILLO (1883 - 1955)

Maurice Utrillo vient au monde le 26 décembre 1883. Dès son plus jeune âge, il affiche une tendance pour l’alcoolisme et une personnalité tourmentée qui l’amènent à fréquenter assidument les cabarets et maisons closes. Plus tard, ces lieux deviendront ses premiers espaces d’exposition.

Suite aux conseils de sa mère, Suzanne Valadon, modèle et peintre autodidacte, et d’André Utter, ami dont le jeune Maurice est très proche, l’artiste en devenir acquiert rapidement une technique maîtrisée de la composition. La peinture devient dès lors un exutoire à ses troubles mentaux.

Dans les années 1910, après des débuts nettement influencés par l’impressionnisme, Maurice Utrillo se place rapidement comme l’artiste de référence de l’École de Paris, préférant une représentation épurée des rues parisiennes et surtout montmartroises, dans lesquelles il passe la plus grande partie de sa vie, à l’effervescence surréaliste et abstractionniste du moment.

L’artiste puise son inspiration dans des lieux de vie, des cafés, des ginguettes et des restaurants. Pourtant, ses toiles demeurent étrangement désertiques et ces lieux inhabités. Les couleurs sont froides, hivernales, la végétation se fait rare dans les rues d’Utrillo.

Entre 1912 et 1914, le peintre, toujours sujet à d’importants troubles personnels, effectue un séjour à la clinique du docteur Revertégat à Sannois. Loin des bars et de l’agitation montmartroise, le peintre se consacre pleinement à la peinture et produit un ensemble d’œuvres inédit, formant ce que nous qualifierons plus tard de « période blanche ». Cette production se caractérise par d’étonnantes variations de tons de blanc, obtenues parfois à l’aide d’ajout de plâtre et appliquées au couteau. De ces toiles, ressort une sérénité nouvelle dans l’œuvre de l’artiste, qu’il trouve dans l’exploration de la lumière et de ce qu’il appelle la vérité.

En 1922, trente-cinq œuvres d’Utrillo sont exposées par le marchand Paul Guillaume (1891-1924). Cet évènement marque un tournant dans la carrière du peintre qui connaît dès lors un succès retissant et influence sa période « colorée ». Durant celle-ci, l’artiste s’intéresse à la forme qu’il dessine d’un trait affirmé et spontané dans des couleurs vives. Les œuvres d’Utrillo sont par la suite exposées chez Berthe Weil et Bernheim Jeune.

Ces contrastes picturaux sont à l’image de la santé mentale de Maurice Utrillo, qui, durant toute sa vie passe de cures de désintoxication en moments d’apaisement puis s'éteint à Dax le 05 novembre 1955 à l’âge de 71 ans.

Oeuvres de l'artiste