Victor TARDIEU (1870 - 1937)

C’est une grande composition intitulée Le Travail, qui, présentée au Salon des artistes français de 1902, va permettre à Victor Tardieu de voyager d’abord en Europe. Il obtient en effet, avec le premier prix de peinture cette année là, une bourse de voyage de deux ans et privilégie l’Italie et l’Angleterre. Londres, Liverpool, Gênes, retiennent les pinceaux de l’artiste, qui trouve dans l’intense activité humaine de ces ports de commerce le prolongement des observations menées jusqu’alors dans son pays natal. 
Quelques grandes commandes publiques lui sont confiées, avant et après la Première Guerre, pour laquelle il se porte volontaire. En 1909, il obtient le chantier de décoration de la salle communale de la mairie des Lilas, puis celui d’un plafond pour la mairie de Montrouge au sortir du conflit. 

Mais c’est son prochain voyage en Extrême-Orient qui sera déterminant. Lauréat du Prix d’Indochine en 1920, il y effectue un voyage de six mois, à la suite duquel il décide d’y demeurer. Une grande commande occupe alors tout son temps, gigantesque et ambitieuse décoration destinée à orner le grand amphithéâtre de l’Université de Hanoï. La Métropole doit figurer près de deux cents personnages, orientaux et occidentaux représentatifs de la société de l’époque, et censés incarner l’idée de progrès acquis par la science et l’enseignement. 
Bientôt pourtant, une autre tâche va tout entier l’accaparer : la création puis la direction à Hanoï, sous la houlette de l’administration coloniale, d’une Ecole supérieure des beaux-arts de l’Indochine, destinée à former de véritables artistes parmi les jeunes gens de la population locale. A l’origine de ce projet, Nguyen Van Tho, dit Nam Son, un jeune artiste qui travaille aux côtés de Tardieu à la grande commande qui lui a été passée, a fait part au maître de la nécessité de créer sur le territoire une telle structure. Les deux hommes se rendent à Paris afin d’embarquer le matériel nécessaire et de recruter les professeurs, parmi lesquels le jeune Joseph Inguimberty.  
L’Ecole des beaux-arts de Hanoï, que Tardieu dirigera jusqu’à sa mort, réussira à s’imposer comme un modèle éducatif singulier dont l’essor imprévu va se révéler particulièrement durable. Elle formera de nombreux artistes qui seront à l’origine du développement d’une branche autonome de la création en Asie. 
Sa lourde responsabilité à la tête de l’Ecole laisse peu de temps à l’artiste pour peindre librement. Il s’exprime cependant dans de rares compositions à la construction étudiée qui sont aujourd’hui particulièrement recherchées des collectionneurs.