Georges ROCHEGROSSE (1859 - 1938)

Introduit par son beau-père, le poète et dramaturge Théodore de Banville, auprès de l’élite intellectuelle et artistique parisienne, le jeune homme entre à l’Académie Julian dès l’âge de 12 ans. Il est ensuite admis à l’Ecole des beaux-arts de Paris et commence à envoyer ses toiles dans les Salons.
Il se consacre d’abord à des reconstitutions historiques, souvent inspirées des civilisations byzantine, égyptienne ou romaine, puis son travail prend une dimension plus symboliste. Illustrateur, décorateur, ses compositions mettent très souvent en scène la délicatesse féminine.

Sa femme, Marie Leblond, qui est d’une grande beauté, lui sert de modèle tout au long de sa carrière. Dès 1900, le couple passe ses hivers en Algérie, dans leur villa d’El-Biar, près d’Alger. Cette villa et son jardin, abondamment planté, servent souvent de cadre aux œuvres de l’artiste. Son épouse décède en 1920. Très affecté, il trouve quelque réconfort dans un certain mysticisme et peint dès lors des toiles d’inspiration religieuse.