Alain JACQUET (1939-2008)

Très inspiré du Pop Art américain qu’il découvre au tout début des années 1960 lors de son premier séjour à New-York, Alain Jacquet est l’un de ceux qui introduisent le mouvement en France, où il est aussi proche de Restany et des artistes du Nouveau-Réalisme. Travaillant par série, s’il s’est au début de sa carrière intéressé à l’abstraction, il développe dès sa série des Camouflages un style marqué par son époque et la société de consommation d’images. Réinterprétant des chefs d’œuvre de l’histoire de l’art, parmi lesquels il compte certaines productions de ses contemporains (Jasper Johns, Roy Lichtenstein…), il découvre le report mécanique et la sérigraphie, entamant une série sur les trames, dans une interrogation constante sur la diffusion et la réception des images qui marque bien le mouvement Pop-Art. Il fonde d’ailleurs son propre atelier de sérigraphie. Pierre Restany inaugure à son propos le terme de Mec’Art, tentation d’un art mécanique, d’une production en série de l’image, qui n’est pourtant jamais la même dans l’œuvre de Jacquet.