Bernard BUFFET (1928-1999)

Né à Paris en 1928, Bernard Buffet est reçu à l’école nationale des Beaux-Arts à tout juste quinze ans et reçoit cinq ans plus tard le Prix de la Critique.

Très rapidement le jeune artiste expose ses oeuvres dans les salons, notamment le Salon des Indépendants de 1947. Cette même année, Pierre Descargues lui offre une première exposition pendant laquelle Raymond Cogniat achète une « Nature morte au poulet » pour le Musée National d’Art Moderne de Paris. Remarqué par Emmanuel David en 1947, Buffet signe un contrat d’exclusivité avec le galeriste. Cette rencontre sera déterminante dans la carrière du peintre; tous les ans, au mois de février, une exposition des ses oeuvres est présentée à la galerie Drouant-David qui devient par la suite la Galerie David Garnier puis, en 1968, la Galerie Maurice Garnier.

Artiste prolifique, Bernard Buffet est l’un des principaux représentants de l’expressionnisme misérabiliste aux côtés de Francis Gruber et Georges Rouault. Ses toiles incisives, intensément cernées, aux tonalités grises, noires, brunes et vertes, assoient la singularité de l’artiste. Marquée par la guerre, l’oeuvre austère et réaliste de Buffet semble exprimer une souffrance palpable. Adulé du public de son vivant, sa noirceur est populaire; il est classé premier des meilleurs peintres d’après-guerre par la revue « Connaissance des Arts » en 1955.

En 1958, le peintre rencontre Annabel Schwob, écrivain et chanteuse qui deviendra son épouse et sa muse. En 1973, un grand musée dédié à Bernard Buffet ouvre ses portes à Surugadaira au Japon. L’artiste est élu à l’Académie des Beaux-Arts en 1974. Il est promu en 1993 au grade d’officier de la légion d’Honneur.

En 1997, le peintre, atteint de la maladie de Parkinson en découvre les premiers symptômes qui s’intensifient jusqu’en 1999, date à laquelle Bernard Buffet, dans l’impossibilité de peindre, met fin à ses jours.