René Gruau à la galerie Pentcheff à partir du 3 décembre

Exposition René Gruau à la galerie Pentcheff du 3 décembre 2016 au 4 février 2017.

Cette nouvelle exposition présente plus de cent cinquante oeuvres originales de l’artiste René Gruau (1909-2004) : de l’illustration de mode, qu’il aborde en autodidacte dans les années 1920, jusqu’à ses créations publicitaires pour de nombreuses marques, notamment dans le domaine de la mode et du textile. 

Si sa collaboration avec la maison Christian Dior, dès la fin des années 1940, lui apporte une reconnaissance internationale, il va aussi créer de nombreuses autres campagnes publicitaires dans les domaines de la parfumerie, de la mode ou de la cosmétique, du voyage, du luxe, réinventant sans cesse l’élégance à la française. Parmi elles, celles des marques Rouge Baiser, Bemberg, Blizzand, Eminence... et tant d’autres, jusqu’à la promotion des cabarets parisiens Le Moulin Rouge et le Lido.   

Son graphisme dynamique est inspiré des affichistes du début du siècle, qui ont eux-mêmes bu aux sources du japonisme diffusé par Samuel Bing dans le Paris de Toulouse-Lautrec. 

L’œuvre de Gruau est d’une infinie richesse, sa ligne souveraine accompagne la représentation féminine sur plus de soixante ans. Témoin de son temps, Gruau a aussi visuellement marqué plusieurs générations par son travail, indémodable. 

 

Renato Zavagli-Ricciardelli delle Caminate devient Gruau

1057650263_54_ap-03303.jpg

Il n’est encore qu’un tout jeune homme lorsque ses premiers dessins sont publiés dans le magazine de mode milanais Lidel, en 1926. René Gruau est un autodidacte. S’il dessine beaucoup, dès la tendre enfance, il n’imagine pas qu’il illustrera bientôt les cahiers de mode des magazines féminins. Il se voit architecte. Cependant, les nécessités de la vie en décident autrement. Le jeune Renato doit renoncer aux études pour se lancer dans la vie active, avec comme seul bagage le don qui le distingue. Il choisit de délaisser son patronyme italien pour porter le nom français de sa mère, Gruau, cinq lettres ou une initiale majuscule qu’il couronnera d’une étoile dans le brillant monogramme calligraphié qu’il imagine comme paraphe.

Gruau s'installe à Paris, capitale de la mode, en 1929.  Les sollicitations ne se font pas attendre ; il collabore déjà avec plusieurs magazines comme Marianne ou Le Figaro. C’est alors qu’il fait la connaissance du couturier Jacques Fath, qui devient l’ami fidèle, et d’un autre dessinateur de mode, promis à un bel avenir, qui est de peu son ainé : Christian Dior, s’est lui aussi lancé dans l’illustration en ce début des années 1930.
René Gruau entame une collaboration avec le magazine Fémina, l’équivalent français de « Vogue ». D’autres revues ne tardent pas à faire appel à lui, parmi lesquelles Silhouettes, Marie-Claire (qui vient d’être créée), L’Officiel de la couture. Il y dessine les somptueux modèles de Balenciaga, Fath, Piguet, Givenchy, Molyneux, Rochas… et développe, malgré les contraintes inhérentes à l’exercice, une ligne souple particulièrement reconnaissable. 

Gruau publicitaire : la collaboration avec la maison Dior

image gauche

Gruau se découvre une autre vocation après la guerre, lorsque son ami Christian Dior lui donne carte blanche pour promouvoir le premier parfum de la marque : Miss Dior. Dix autres créations de parfumerie suivront, parmi lesquelles Diorama, Diorissimo ou Eau Sauvage. La maison Dior, qui prend de l’ampleur, propose aussi de la lingerie, des cosmétiques… C’est le commencement d’une longue collaboration avec la marque, qui se poursuivra bien après le décès de son fondateur, jusqu’au milieu des années 1980. Dior laisse à Gruau la plus grande liberté artistique dans ses créations publicitaires, un exercice particulièrement stimulant dans lequel l’artiste s’épanouit pleinement.
C’est ainsi que Gruau vient à la publicité, qui sera de plus en plus présente dans son travail, au fur et à mesure que les magazines de mode font la part belle à la photographie. Il va créer de nombreuses campagnes dans les domaines de la parfumerie, de la mode ou de la cosmétique, du voyage, du luxe, réinventant sans cesse l’élégance à la française.

Les dessins publicitaires pour Rouge Baiser ont durablement marqué les mémoires d’un simple dessin noir tranchant sur un fond blanc, et où fleurit la bouche rouge, inaltérable, mais Gruau a également signé plusieurs campagnes publicitaires pour les parfums et cosmétiques Balmain, Jacques Griffe, Lucien Lelong, Jacques Fath, Elizabeth Arden, Payot, Peggy Sage, Givenchy… pour la lingerie Scandale, les firmes Bemberg, Dormeuil, Blizzand et Ortalion, les chemises Noveltex, les chaussures Pellet, les dessous masculins Eminence, la compagnie Air France, le chocolat Lindt, les biscuits Lu… Un peu plus tard, c’est encore Gruau, durant plusieurs saisons, qui est chargé d’incarner, au fil des revues, les campagnes des mythiques cabarets parisiens le Lido et le Moulin Rouge.

 

Acheter le catalogue de l'exposition

 

 VOIR LES OEUVRES PROPOSÉES