Auguste
CHABAUD

(1880 - 1955)

<

La femme aux trois rubans (Martita), vers 1912

Huile sur toile, cachet en bas à droite.
100 x 81 cm

Provenance : 
Ancienne collection Josef Müller, Soleure
Collection JG

Expositions :
Salon d'Automne, Paris, 1913
Auguste Chabaud, Musée d'art Moderne de Troyes, 30 juin - 18 septembre 1989, reproduit au catalogue d'exposition sous le n°71. 
Musée de Région Auguste Chabaud, Graveson, en prêt à la collection permanente, 2013-2014. 

Bibliographie : 
Raymond Charmet, Auguste Chabaud, La Bibliothèque des Arts, Paris, 1973, reproduit sous le n°63 p. 157.
Chabaud, Fauve et Expressionniste, musée Paul Valéry, Sète, 15 juin-28 octobre 2012, reproduit en p. 190. 
 

“ La présence de Martita, surnommée aussi “la femme aux trois rubans”, oeuvre monumentale, sortie d'une grande collection suisse, ne peut laisser indifférente. 
L'histoire nous raconte un amour passionné mais fugitif entre Auguste et la jeune fille de bonne famille, durant ses années parisiennes, autour de 1910. 
La belle au regard de braise, au visage doux et ombré, teinté de mélancolie et aux reflets subtils, dignes de la palette d'un Véronèse, a le charisme et la beauté foudroyante et envoutante des femmes que l'on dit “fatales”. Louer aujourd'hui sa beauté, son élégance et son raffinement signifie lui rendre hommage, et saluer ainsi la femme aimée de l'artiste et le peintre lui-même, qui, un jour d'intimité au sein de son atelier parisien, sublimera avec subtilité et passion, sous le trait précis de son pinceau, son visage de Madone. 
La “Joconde” d'Auguste comme il me plait de la nommer, vêtue d'un léger chandail moucheté, rehaussé d'un fragile collier de perles vous emprisonne de son regard."

Extrait d'un texte de Monique Laidi-Chabaud publié dans le catalogue d'exposition Auguste Chabaud, L'instinct de Vie, Galerie Alexis Pentcheff, Marseille, 2014.