Fauvisme et modernité en Provence

3 février - 16 mars 2014

La Provence au tournant du XXème siècle, Terre d’élection du fauvisme et de la modernité

Exposition à la galerie du 15 février au 15 mars 2014
​Preview à Londres, Maddox Street 3 au 8 février 2014

La galerie fête les cinq ans de sa création avec une exposition exceptionnelle consacrée au fauvisme et à la modernité en Provence. A cette occasion, une pré-exposition était organisée à Londres, dans le quartier de Mayfair du 3 au 8 février avant que les toiles soient montrées à la galerie à Marseille à partir du 15 février 2014. Un bonheur que de voyager avec ces magnifiques toiles, qui ont pour la plupart trait à la Provence, mais dont la fraicheur et la modernité universelles s’accordent bien avec l’énergie communicative qui émane de cette ville.

Au tournant du XXème siècle, le Midi, et plus particulièrement la Provence, devient le terrain d’expérimentation des avant-gardes picturales. Au cœur du regard des artistes, une lumière unique qui la révèle, la distingue entre toutes, véritable choc visuel pour ceux qui la découvrent. La singularité de ce paramètre rejaillit sur les deux éléments majeurs de la représentation bidimensionnelle que sont la couleur et la forme.
La Provence apparaît comme un lieu de passage, de travail et d’échange, où les artistes les plus audacieux du moment se donnent rendez-vous. Différents mouvements naissent et s’y attardent. Des artistes s’y rencontrent dans une véritable émulation, tandis que d’autres, comme Van Gogh et Gauguin, échouent dans cette fusion.  

Parmi ceux qui peignent dans la région et qui y sont nés, beaucoup sont quasiment hermétiques aux révolutions picturales qui se succèdent, continuant invariablement leur manière. D’autres en revanche, sont avides de changement, ils puisent dans leur terre natale la matière première nécessaire à leur évolution, sans toutefois négliger un certain rapport avec la capitale. Depuis la dernière décennie du XIXème siècle et jusqu’au début des années 1920, nous nous sommes intéressés à la façon dont, en Provence, ces artistes ont libéré leur palette et leur trait d’un académisme languissant, et aussi à celle dont les avant-gardes ont marqué leur passage dans la région.

Des œuvres de Louis Valtat, René Seyssaud, Henri Manguin, Albert Marquet, Charles Camoin, Emile Othon-Friesz, Alfred Lombard, Pierre Girieud, Auguste Chabaud, Louis-Mathieu Verdilhan et Augustin Carrera ont été présentées dans le cadre de cette exposition.