Alfred Lombard / Redécouverte

22 novembre - 20 décembre 2014

A l’hiver 2014, la galerie a organisé une rétrospective de l’œuvre d’Alfred Lombard (1884-1973). Près d’une centaine d’œuvres originales ont été présentées à cette occasion, huiles sur toiles ou œuvres sur papier. Cette exposition-vente avait été organisée en collaboration avec la famille de l’artiste.

Alfred Lombard s’est illustré aux côtés des Fauves dans ses jeunes années et a lutté en son temps pour une renaissance provençale artistique, en organisant notamment à Marseille avec son ami Pierre Girieud les Salons de Mai de 1912 et 1913. Salué comme l’un des peintres les plus prometteurs de sa génération, sa première exposition personnelle a lieu chez Paul Rosenberg en 1914.
La suite de son évolution est marquée par la pratique de la peinture murale et sa participation à de nombreux chantiers de décoration aux côtés de l’architecte Pierre Patout, notamment ceux des paquebots « Atlantique » et « Normandie ».

Son retour à la peinture de chevalet à partir des années 1940 est marqué par une nouvelle orientation. L’artiste n’en finit pas d’explorer les frontières entre figuration et abstraction, au terme d’expérimentations plastiques qui resteront secrètes jusqu’à sa mort. Bien que continuant ses recherches, Lombard avait en effet décidé de ne plus montrer son travail et sa dernière exposition personnelle, à la galerie Druet, date de 1925, tandis que ses envois dans les Salons s’étaient raréfiés jusqu’à purement et simplement s’arrêter à partir de l’occupation. Résolution d’un artiste dont l’intégrité artistique lui commandait de ne pas se plier à certaines exigences du marché de l’art.

Après sa mort, ses enfants ont cependant souhaité que l’ensemble de cette œuvre soit redécouverte. Une exposition rétrospective au musée Cantini à Marseille à la fin des années 1980 a permis de dévoiler une part secrète de la production de l’artiste, en adéquation avec les  préoccupations d’une génération de peintres de l’après-guerre confrontée à l’abstraction. Elle a également permis de poser un œil nouveau sur des œuvres plus anciennes, qui ont intégré les collections permanentes de plusieurs musées dont l’Annonciade à Saint-Tropez, le musée Granet d’Aix-en-Provence ou le musée des beaux-arts du Havre.

Cette exposition, menée par la galerie en collaboration avec la famille de l’artiste propose une redécouverte de l’ensemble de sa production, à travers près d’une centaine de pièces, huiles sur toile et œuvres sur papier